.::EDD Éducation au développement durable: :.

"D’une friche à un potager bio" : Un projet reportage.

01 / 05 / 2020 | Manuella Van Praët | Groupe académique EDD - « Jardins de Créteil »

Julien Calas, professeur de Lettres au Collège Albert Schweitzer de Créteil et membre du groupe académique Les Jardins de Créteil, propose un scénario pédagogique destiné à des élèves de 5ème mais déclinable dans tout le cycle 4, dans lequel ils peuvent, grâce à des observations de terrain au jardin pédagogique, développer des compétences transversales et du programme de Français.

Contexte et objectifs :

Le collège Albert Schweitzer de Créteil (94) est labellisé E3D et a obtenu le niveau 2 en 2017. Un jardin pédagogique a existé de nombreuses années avant d’être abandonné et presque oublié. A la rentrée 2018, quatre enseignants, dont M. Julien Calas, ont décidé de réhabiliter le jardin et de transformer ce qui était devenu une friche en un jardin potager bio avec le concours d’élèves volontaires sur un temps méridien bi-hebdomadaire.
Dans le cadre de la question complémentaire « L’être humain est-il maître de la nature ? » des programmes de Français de 5ème, le professeur a profité de la renaissance du jardin pédagogique pour faire travailler de façon concrète les élèves sur cette question aux enjeux littéraires et de formation personnelle tout en développant des compétences de langage oral et d’écriture, mais aussi, de lecture et compréhension de l’écrit et de l’image.

Au cours de ce projet, de nombreuses compétences sont travaillées avec les élèves appartenant aux grands champs de compétences suivants :
. Culture littéraire et artistique
. Langage oral
. Ecriture
. Lecture et compréhension de l’écrit et de l’image
. Outil de la langue
. Education aux Médias et à l’Information

Plus précisément, les compétences appartenant à ces grands champs sont :
. L’être humain est-il maître de la nature ? : Interroger le rapport de l’être humain à la nature ; Comprendre et anticiper les responsabilités humaines aujourd’hui.
. Participer de façon constructive à des échanges oraux, s’exprimer de façon maîtrisée en s’adressant à un auditoire, exploiter les ressources expressives et créatives de la parole.
. Exploiter les principales fonctions de l’écrit ; Adopter des stratégies et des procédures d’écriture efficaces.
. Lire des textes non littéraires, des images et des documents composites ; Élaborer une interprétation de textes littéraires.
. Connaître les différences entre l’oral et l’écrit ; Consolider l’orthographe lexicale et grammaticale.
. Pratique citoyenne des médias : initiation aux langages, aux formes médiatiques pour pouvoir s’informer, s’exprimer librement et produire soi-même de l’information ; développement d’une compétence de recherche, de sélection et d’interprétation de l’information ; compréhension des médias, des phénomènes informationnels notamment sociétale, technique, éthique.

De façon plus transversale, des compétences du socle sont sollicitées et travaillées :
- Domaine 1 Langages pour penser et communiquer  : Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit.
- Domaine 2 Méthodes et outils pour apprendre : Organisation du travail personnel, Coopération et réalisation de projets, Médias, démarches de recherche et de traitement de l’information, Outils numériques pour échanger et communiquer.
- Domaine 3 Formation de la personne et du citoyen : Expression de la sensibilité et des opinions, respect des autres, Réflexion et discernement, Responsabilité, sens de l’engagement et de l’initiative.
- Domaine 4 les systèmes naturels et les systèmes techniques : Responsabilités individuelles et collectives.

Ainsi, en lien avec la semaine de la presse, les élèves de cette classe de 5ème ont été invités à réaliser un reportage écrit, radiophonique ou vidéo (selon leur groupe) comme production finale d’une séquence qui s’est étalée sporadiquement de septembre à avril comme le nécessitait à la fois la réhabilitation du jardin et le format du reportage.
Comme le suggère la question complémentaire, cette séquence a pour objectif une éducation au développement durable et contribue à répondre à différents objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU, comme : 4, 11 et 12 :

Déroulé des étapes du travail et remarques diverses :

Cette séquence intitulée « D’une friche à un potager : projet reportage » a été envisagée comme un projet sur plusieurs mois et présenté comme tel aux élèves. Le nombre total d’heures « élève » qui ont été consacrées à la séquence s’est élevé entre 16h à 17h.

* Introduction (2h)
Après avoir introduit la thématique de la séquence avec plusieurs tableaux et photographies représentant des jardins du Moyen-Âge à nos jours, un éloge du jardin à la française (La Promenade de Versailles, Mme de Scudéry) a été mis en regard avec sa critique (La Nouvelle Héloïse, J.-J. Rousseau), afin d’inviter les élèves à réfléchir sur la domestication de la nature dans les jardins. La problématique de la séquence « Sommes-nous maîtres de la nature ?  » a pu dès lors émerger. L’étude des images et des textes s’est conclue par la comparaison jardin à la française / jardin à l’anglaise et l’énoncé argumenté de leur préférence.

* Observations sur le terrain (2h30 / 3 h)
Cette séance introductive a été suivie d’une première visite au jardin qui était alors encore une friche. Durant leur déambulation libre, il s’est agi d’établir sur place, à l’écrit, un premier état des lieux le plus exhaustif possible. Par un souci d’efficacité, de praticité – ils écrivaient debout – et dans le but de leur faire adopter des stratégies d’écriture adéquates à la situation (brouillon ou écrit de travail), la description devait se présenter sous la forme d’une liste. Une mise en commun, en classe, est venue ponctuer la séance.
D’octobre à avril, plusieurs visites au jardin ont eu lieu (3 ou 4 au total n’excédant pas une demie-heure, déplacement compris) et sont intervenues au beau milieu d’autres séquences alors en cours : il a donc fallu prévoir une dizaine de pages vierges dans le cahier. Chaque description consignée et datée était l’occasion de noter, questionner et partager changements et persistances au jardin.

* Découvrir une forme journalistique et s’organiser (2h)
Au mois de février, à l’aide de deux fiches issues du site 24h dans une rédaction, les élèves ont été amené à définir ce qu’était un reportage (https://www.24hdansuneredaction.com/presse/4-les-formes-journalistiques/) et ce qui caractérisait un « bon reportage » (https://www.24hdansuneredaction.com/presse/13-le-reportage/). Après le visionnage commenté d’un court reportage sur la conférence de presse du journal « Mon Quotidien » que les élèves ont l’habitude de fréquenter en cours d’Histoire-Géographie, 3 groupes ont été par la suite constitués selon la forme que prendrait leur production finale et les rôles définis et distribués par les élèves eux-mêmes.

* Construire le reportage (7h30 + 2h)
Le travail s’est ensuite effectué en groupe. A partir de cette étape, les séances se sont suivies afin de concentrer l’attention des élèves sur leur tâche. Sauf durant les séances de lecture et compréhension de l’écrit, mon rôle s’est limité à passer d’un groupe à l’autre pour lancer ou débloquer les élèves en activité. Lorsque je constatais des difficultés communes à tous les groupes, j’ai fait un point exceptionnel en attirant l’attention de tous.

Dans un premier temps (2 heures), les élèves d’un même groupe ont pris connaissance de fiches issues du site 24h dans une rédaction ; tous ensemble (pour les fiches en gras dans le tableau ci-dessous), puis par binômes (en fonction de leur rôle dans le groupe) avec la consigne de n’en retenir à l’écrit que ce qui leur semblait essentiel pour leur reportage (à transmettre aux autres membres du groupe). Difficultés rencontrées : La multiplicité des documents et leur complexité pour certains, ont été un frein à l’autonomie d’élèves de 5ème. Choisir moins de fiches, adapter davantage leur contenu et solliciter le professeur documentaliste auraient permis d’être plus efficace et de gagner du temps.

Nous sommes revenus ensemble sur la notion d’angle pour traiter un sujet et la nécessité de choisir et de formuler clairement une problématique – ici en lien avec celle de la séquence. Les 3 groupes ont opté peu ou prou pour une esquisse de problématique du type « Comment passe t-on d’une friche à un potager bio ? ».

La nécessité de retourner sur le terrain (2 heures) s’est alors imposée dans un second temps pour aller interroger les acteurs de cette transformation (élèves du club potager comme enseignants responsables). Il a donc fallu préparer et rédiger les questions et les sollicitations d’interviews pour les adultes. Ici, via un porte-parole, les échanges entre groupes ont été encouragés. Chaque reportage ayant ses spécificités formelles, les activités suivantes sont résumées ci-dessous :
Difficultés rencontrées : La plupart des interviews ont dû se faire hors cours (sauf quand il s’est agi d’élèves de la classe eux-mêmes membres du club potager) et a nécessité une organisation chronophage.
Point de vigilance : Les preneurs de son doivent être 2, car l’un doit absolument noter l’ordre et la nature de chaque prise pour s’y retrouver au montage, sans devoir tout réécouter.

Pendant que la moitié d’un groupe s’en occupait, l’autre partie a continué d’accumuler des informations (photos et textes) sur le mur virtuel du club potager du collège, notamment pour nourrir et préciser les questions à poser ou confronter les réponses des interviewés avec les informations trouvées.

Point de vigilance : Concrètement, l’organisation de cette phase a été complexe car la classe est "éparpillée" soit dans plusieurs salles vides mais contiguës soit au jardin. La présence d’un AED a été nécéssaire pour les phases d’enregistrement sonore ou vidéo réalisées au jardin (ou en classe) et l’aide de la professeure documentaliste, précieuse, durant la recherche et le tri des informations issues du carnet de bord / mur virtuel du club potager au CDI.

La phase de rédaction propre (3h30 heures) a pu enfin commencer en salle informatique (des ordinateurs étaient nécessaires) : à partir du matériau accumulé (descriptions du jardin, entretiens, recherches sur le blog, sons / images), chaque groupe a rédigé une première version de leur reportage sous la forme d’un récit chronologique. Des binômes se sont (ou ont été) constitués pour se partager une tâche (voir le détail dans le tableau ci-dessous) inhérente à leur rôle au sein du groupe.

Étant donné que les binômes d’un même groupe ont travaillé séparément, et pour faciliter ensuite les tâtonnements dans l’agencement des diverses parties du reportage, le travail de rédaction s’est fait sur le recto de feuilles A4 volantes en format paysage et ont pu ainsi être aisément déplacées.
En dernier lieu, il s’est agi d’assembler et d’unifier les différentes parties du reportage en fonction de l’angle défini en amont et des choix formels des élèves qui avaient vocation à rendre le reportage à la fois efficace et attractif ; ces derniers, devaient être oralement débattus (les rédacteurs en chef ont tranché en cas de désaccords) et argumentés pour validation. Selon les groupes, les dernières étapes ont été la mise en page et les dernières captations :

Entre les phases d’écriture, se sont glissées 2 séances de lecture et de compréhension de l’écrit (2 heures) visant à approfondir leur réflexion sur l’agriculture et la domestication de la nature par l’Homme (une étude comparée d’un extrait de Parole de terre, une initiation africaine de Pierre Rabhi et d’un article du Monde « Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires » de Soren Seelow sur les dangers des herbicides, pesticides et engrais chimiques ; un extrait de Walden de H. D. Thoreau, véritable ode à la vie proche de la nature, autosufisante et frugale). En prolongement, la lecture cursive d’un très court récit d’anticipation (« Maison Verte » in Nouvelles re-vertes, de Mikaël Ollivier) s’emparant du thème de l’écologie a servi de transition à la séquence suivante (roman dystopique) et de passerelle vers le programme de géographie (changements climatiques et sources d’énergie).

* Mettre en valeur la production finale
Le groupe audio et vidéo avaient été inscrits au concours Mediatiks organisé par le CLEMI dans le cadre de la semaine de la Presse. Ainsi faute de temps vis à vis des échéances, les élèves n’ont pas pu finaliser le montage (Solliciter le concours du professeur de musique voire de technologie aurait sans doute permis d’éviter cet écueil). Pour le groupe radio, le professeur a dû faire le montage d’après les recommandations écrites des élèves et finaliser celui que le groupe vidéo avait commencé avec une application smartphone très facile d’utilisation et gratuite Spark Adobe.
Les trois reportages ont été d’abord exposés et en libre écoute / visionnage dans le CDI du collège durant la semaine de la Presse, puis dans le hall de l’établissement lors de la dernière remise des bulletins aux parents d’élèves. Le reportage radiophonique a été publié sur le mur virtuel du Club Potager avant de remporter le premier prix « Voix à suivre » du concours Médiatiks (Le reportage est publié sur le site du CLEMI). Le reportage vidéo a permis au membres du Club Potager d’être lauréats du concours des Jardins de Créteil 2019, en mettant en valeur leur travail (Le reportage est consultable sur le site EDD de Créteil dans cet article).

Cette séquence a été l’occasion de développer un grand nombre de connaissances et de compétences, notamment transversales, à travers des activités diverses, souvent ludiques, et avec une réalisation finale concrète à propos d’un lieu de leur quotidien. Ce projet de reportage a demandé investissement et organisation de la part de tous, mais a permis de mettre en lumière à la fois le travail des élèves, celui du Club Potager et l’engagement de leur établissement labellisé E3D. Grâce aux concours gagnés, il a aussi permis au collège de se doter d’un enregistreur numérique de qualité et des graines et arbustes fruitiers.
Ayant eu pour sujet un événement unique, la réhabilitation d’un jardin pédagogique, ce « projet reportage » est tout à fait transposable sur d’autres sujets liés à l’EDD. Un projet similaire a été entamé cette année avec une classe de 5ème autour de la question de l’engagement écologique d’élèves en milieu scolaire à la fois au sein du collège (club potager, club développement durable, éco-délégués, projet de réduction et valorisation des déchets de la cantine) mais aussi en dehors (visite du Lycée Robert Schuman de Charenton-le-Pont au label Haute Qualité Environnementale, visite du forum du développement durable du Collège Janusz Korczak de Limeil-Brévannes). Sur les mêmes thématiques environnementales, il est aussi transposable à d’autres niveaux du cycle 4 :
-  En 4ème : Agir sur le monde - Informer, s’informer, déformer et questionnement complémentaire - La ville, lieu de tous les possibles ?
-  En 3ème : Agir sur le monde - Agir dans la cité : individu et pouvoir, Vivre en société, participer à la société - Dénoncer les travers de la société ou le questionnement complémentaire - Progrès et rêves scientifiques.