.::EDD Éducation au développement durable: :.

La crise sanitaire liée au covid-19 révélatrice des enjeux du développement durable

08 / 05 / 2020 | Clarisse MAZIN

Comment définir le développement durable ?

{{}}

La notion de développement durable s’est construite progressivement. Le rapport Brundtland en 1987 en donne une première vision qui montre les interactions importantes entre les trois piliers économique, social et environnemental du développement durable. Une première représentation du développement durable se diffuse.

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. »
En 1992, suite à la Conférence de Rio, les trois dimensions (ou piliers ou sphères) sont établies. Il s’agit de concilier l’efficacité économique, le progrès social (équité sociale) et l’équilibre écologique (protection de l’environnement) à toutes les échelles temporelles (entre générations présentes et futures) et spatiales (du mondial au local ).

Cette première vision s’est ensuite enrichie d’autres piliers suite au Sommet de la Terre à Johannesburg (2002). La figure du développement durable se transforme et devient la « fleur du développement durable ». Cette nouvelle figure pose la question de la « bonne gouvernance » et des acteurs du développement durable à toutes les échelles. Un quatrième pilier s’adjoint aux précédents : c’est le pilier culturel, fondé sur la valorisation et la diversité culturelle.

Le 25 septembre 2015, 193 pays ont adopté à l’ONU le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui définit 17 objectifs de développement durable (ODD) qu’il faut atteindre d’ici 2030 pour concilier le développement économique, le bien être social et la protection de l’environnement. Cette première approche permet d’appréhender la crise sanitaire du covid-19 dans ses différentes dimensions économiques, sociales, environnementales et d’aborder la question de la gouvernance mondiale. Cela donne également des pistes pour aborder l’étude de cette crise avec les élèves.

En quoi l’activité humaine est-elle responsable de cette pandémie ?

« L’origine de l’épidémie de Covid-19 est liée aux bouleversements que nous imposons à la biodiversité » explique l’écologue Philippe Grandcolas, (article publié dans le journal Le Monde le 04 avril 2020(1)) directeur de recherche au CNRS et directeur de laboratoire au Muséum national d’histoire naturelle. La crise sanitaire due au nouveau coronavirus est le moment où jamais d’aborder la question de l’interface Homme-Nature.

En effet, il explique qu’il existe un lien entre les épidémies et l’état de la biodiversité. La majorité des épidémies sont des zoonoses : des maladies produites par la transmission d’un agent pathogène entre animaux et humains. L’émergence de ces maladies infectieuses résulte d’actions humaines sur les milieux naturels. La déforestation, par exemple, met en contact des animaux sauvages chassés de leur habitat naturel avec des élevages domestiques dans des écosystèmes déséquilibrés, proches de zones périurbaines. Cette proximité offre à agents infectieux des nouvelles chaînes de transmission et de recompositions possibles.

A la déforestation, on peut ajouter d’autres activités humaines comme le changement d’affectation des terres, l’élevage intensif, l’urbanisation et la fragmentation des milieux, qui modifient l’équilibre entre les espèces. Sans compter le réchauffement climatique qui peut conduire certains animaux vecteurs de maladie à prospérer là où ils ne vivaient pas avant.

Les experts de la Plate- forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) développent le même argumentaire (2) « En réduisant la diversité, on augmente la probabilité qu’un virus passe d’une espèce à l’autre et atteigne les hommes » et ils soulignent que la multiplication des interactions avec des micro-organismes potentiellement pathogènes, comme dans les marchés aux animaux sauvages, par exemple augmente les risques. Ils affirment également « Les futures pandémies risquent de survenir plus fréquemment, de se propager plus rapidement, d’avoir un impact économique plus important et de tuer davantage de personnes si nous ne sommes pas extrêmement prudents quant aux impacts possibles des choix que nous faisons aujourd’hui. »

Sources
1) Coronavirus : « L’origine de l’épidémie de Covid-19 est liée aux bouleversements que nous imposons à la biodiversité » propos de l’écologue Philippe Grandcolas, propos recueillis par Martine Valo et publié le 04 avril 2020 sur le site du journal Le Monde

(2) Coronavirus :« En réduisant la diversité, on augmente la probabilité qu’un virus passe d’une espèce à l’autre et atteigne les hommes », propos recueillis par Perrine Mouterde et publié le 28 avril 2020 sur le site du journal Le Monde

Pistes pédagogiques
- A partir d’articles de presse sélectionnés par l’enseignant, faire construire aux élèves un schéma fléché sur la pandémie liée au covid-19

Pour aller plus loin
Sur le site du MHN
Santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes sont étroitement liées : l’une ne va pas sans les autres.

Covid-19 ou la pandémie d’une biodiversité (26 mars 2020)

Sur le site goodplanet
Pandémies : l’interférence de l’être humain sur la biodiversité en cause(21 avril 2020)

Sur le siteipbes
Sur le site du CNRS

Sur France-Culture : Didier Sicard : "Il est urgent d’enquêter sur l’origine animale de l’épidémie de Covid-19" (27 mars 2020)

 

Dernières brèves

    11 / 10 / 2020

    Congrès mondial de la nature de l’UICN reporté à : 7 - 15 janvier 2021, à Marseille