.::EDD Éducation au développement durable: :.

La géothermie à Chelles

25 / 06 / 2013 | Emile Vignacourt

[1/3] La géothermie à Chelles, un choix politique de plus de 30 ans

Historique des implantations géothermales en Ile De France (hydrogéologie).Retour ligne automatique
Les choix politiques en lien avec le plan climat et les objectifs à atteindre en 2020 du Grenelle de l’Environnement.

[2/3] Le réseau de géothermie de Chelles :géologie, évolution et perspectives

Comment distribuer cette électricité produite sur une surface donnée.
La mixité énergétique = énergie géothermique + cogénération + appoint fourni par le gaz.
Aujourd’hui, un pavillon consomme entre 170 et 200 kW/an/m² ; grâce aux améliorations des matériaux et de l’isolation, ces chiffres seront réduits à la baisse en 2020 : entre 80 et 100 kW / an / m².

[3/3] Les avantages du choix de chauffage par géothermie

Argument écologique : être sensible au développement durable : une économie de 3.000 t de CO2 par an et un éco-quartier.
Argument économique : être indépendant des fluctuations des prix du gaz.
Argument politique : être le 1er réseau classé d’Ile de France en 2013.

 

Documents

Mots-clés

 géothermie  Grenelle de l’environnement  mixité énergétique  pérennité de la source d’énergie
Dernière mise à jour :
16 / 05 / 2018

Liens Education Nationale

Sites Favoris

Alain Corbin, Pour une histoire du temps qu’il fait

Il faut comprendre l’évolution de la perception au sec, au froid, à l’humide, car l’homme est un être historiquement construit : on ne peut le comprendre sans étudier cette sensibilité.

Apprendre avec l’Insee

Site : Apprendre avec l’Insee, onglet « Développement durable »http://www.cndp.fr/stat-apprendre/insee/devdurable/default.htm.
Le site Apprendre avec l’Insee met en ligne des exercices interactifs mobilisant des ressources statistiques de l’Insee dans le but de traiter des thématiques abordées en SES (Emploi, Croissance, Investissement…).
Les séquences sont réalisées par une équipe de professeurs de sciences économiques et sociales. Un onglet « Développement durable » permet d’accéder directement aux ressources. Celles-ci sont classées en trois parties. La première (Un développement socialement équitable) renvoie aux dimensions du développement proprement dit à travers la croissance économique, l’accès à l’emploi, la répartition et les inégalités de revenus, la gouvernance, ainsi que l’accès au savoir. La deuxième partie (Un développement écologiquement soutenable) traite deux dossiers : la pollution et le réchauffement climatique.

Enfin, on trouvera dans la troisième partie (Mesurer le développement) un aperçu des indicateurs utilisés dans ce domaine avec notamment un dossier sur les limites du PIB et un autre très complet sur l’empreinte écologique.

Comme à chaque fois sur ce site, une série de tests permet de vérifier l’acquisition des connaissances et des « fiches TD » sont disponibles pour travailler les séquences en petit groupe.

Les outils fournis par ce site sont particulièrement utiles pour traiter le point 3 du nouveau programme de terminale, « Economie du développement durable » que ce soit les limites écologiques du mode de croissance ou bien pour aborder les enjeux de la politique climatique. On peut aussi en tirer des exemples intéressants en seconde pour le thème de la pollution (Thème 3 ,« La pollution : comment remédier aux limites du marché »)

Cedre

Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux.

Conflits liés aux espaces agricoles et périmètres de gouvernance en Ile-de-France

L’objectif de cet article est de contribuer à la compréhension des interdépendances entre processus conflictuels et émergence de dispositifs de gouvernance innovants. L’exemple retenu est celui des Programmes agri-urbains en région Ile-de-France et de leurs liaisons avec les conflits liés à l’agriculture.

Connaissance et cartographie des forêts anciennes

Colloque « Connaissance et cartographie des forêts anciennes » 1er décembre 2011 organisé par l’INRA, Ecofor, le WWF et le ministère en charge de l’Ecologie.