.::EDD Éducation au développement durable: :.



Un délégué académique à la 30ème conférence internationale des jeunes et des enseignants sur l’environnement @CEI2016 @Boullocheweb @LivryGargan93 @accreteil

date jnum19 dat. 2016 | Annabelle PAILLERY | Guillaume SALIEGE

Du 26 juin au 2 juillet 2016 s’est déroulée à Aalborg, au Danemark, la 30ème rencontre « Caretakers for Environment International », le plus grand rassemblement de jeunes et d’éducateurs au monde autour des questions de l’environnement et du développement durable. 250 jeunes, 50 éducateurs – pour la plupart enseignants – issus de plus de 20 pays tels que les États-Unis, l’Afrique du Sud, l’Indonésie ou encore le Pakistan, se sont donnés rendez-vous pour échanger sur la thématique des sociétés durables. Un enseignant de l’académie était invité pour témoigner des échanges internationaux réalisés autour des projets d’éducation au développement durable. Retour sur six jours de riches échanges entre jeunes et éducateurs venus du monde entier.

Une semaine riche en échanges

JPEG - taille ko
La soirée culturelle
La soirée culturelle : pendant près de deux heures, les 250 élèves participant à la conférence défilent tour à tour sur scène pour partager quelques aspects de leur culture.

La conférence s’est articulée autour de quatre grands types d’activité : les restitutions des projets des élèves, des temps de travail en commun, les visites liées à la thématique de la conférence et les échanges culturels. Les participants ont ainsi pu visiter une centrale thermique nouvelle génération, un centre d’essais et de recherches sur l’énergie éolienne ou encore un élevage d’insectes à destination de l’alimentation humaine. Ils ont également découvert l’histoire et les paysages de la région d’Aalborg à travers de multiples excursions. À l’occasion du « fun and food market » et de la soirée culturelle, les délégations ont pu partager leur culture avec les autres participants. Enfin, les élèves ont travaillé ensemble sur la notion de responsabilité et échangé sur leurs projets respectifs.

Les projets soumis sont souvent d’une grande qualité et nombre d’entre eux s’inscrivent dans la durée. Les participants ont pu notamment comprendre et confronter les différents enjeux de la gestion des déchets en Indonésie, au Mexique, à Taïwan ou en Russie. Ils ont pu découvrir les travaux poussés des élèves chinois sur la pollution atmosphérique ou encore les recherches mises en œuvre depuis trois ans par les élèves d’un lycée de Turquie sur les modes d’agriculture durable, tels que la permaculture, l’agriculture biologique ou encore l’agroécologie.
Au-delà du programme culturel et scientifique, les temps informels furent aussi l’occasion de rencontres et d’échanges d’une richesse exceptionnelle.

JPEG - taille ko
Témoignages d’élèves
Kane et Frederika, deux élèves participant à la conférence témoignent

Tous ces échanges ont permis aux élèves, comme aux adultes, d’élargir leurs horizons. La mise en commun des différents projets leur a permis de mettre en perspective leurs actions et les enjeux de leur territoire. Un processus de distanciation et d’ouverture, que seule une rencontre de cette envergure peut procurer avec autant d’acuité.

JPEG - taille ko
Témoignages d’enseignants

30 ans de succès

C’est au retour d’un voyage d’étude de l’UNESCO dédié à l’éducation à l’environnement, qu’en 1973, Wayne Schimpff, professeur dans un lycée de Chicago, décide d’organiser une première conférence de jeunes sur le sujet. Après une décennie d’échanges et de réflexion, les pionniers ont organisé en 1987 la première conférence internationale des Caretakers à La Haye, aux Pays-Bas. Progressivement, le réseau s’est étoffé : d’abord aux États-Unis, en Israël et en Europe, il est aujourd’hui représenté sur les cinq continents.
Ce développement s’est réalisé sans l’appui d’institutions officielles ni gouvernementales, mais grâce à ces membres réunis en association. Ensemble, ils assurent la continuité du projet. L’organisation des conférences est quant à elle déléguée chaque année aux membres du pays hôte qui s’appuient sur des partenaires locaux pour faciliter l’accueil des participants.

JPEG - taille ko
Sophie (Danemark) – 8ème participation

L’absence de tutelle institutionnelle et de fonds publics ou privés permet à CEI de conserver son indépendance et de faciliter l’organisation des rendez-vous. Elle impose néanmoins des coûts de participation élevés pour les délégations qui doivent s’acquitter des frais d’hébergement, de nourriture et de transport.

Une pédagogie ouverte sur des pratiques pédagogiques innovantes

Selon Wayne Schimpff, le succès du dispositif s’appuie sur la méthodologie développée à l’origine du projet, il y a plus de 40 ans, et qu’il appelle «  service education ». Une pédagogie qui s’appuie sur 3 piliers :

  • ­l’acquisition de connaissances et de compétences,
  • mise en œuvre dans le cadre d’un projet (artistique, environnemental…), ouvert sur la société,
  • ­que les élèves apprennent à restituer.
    Pour le reste, une grande liberté est laissée aux pays organisateurs, afin de permettre des expérimentations. Ces conférences sont donc l’occasion de découvrir de nouvelles pratiques permettant aux enseignants d’effectuer des transferts pédagogiques.

C’est dans ce contexte que M. Saliège, professeur au lycée André Boulloche de Livry-Gargan, a été invité pour venir présenter une pratique pédagogique innovante mise en place entre son établissement et un lycée danois. Il s’agit d’un projet d’échange qui s’appuie sur une méthodologie expérimentée et développée dans certains établissements du réseau européen « Prenons Soin de la Planète », auquel sont affiliés plusieurs lycées de l’académie.

JPEG - taille ko
Un échange franco-danois autour des enjeux du changement climatique, fondé sur un travail de co-construction.

Cette année à l’occasion de la COP21, deux classes de premières ES ont travaillé sur les enjeux du changement climatique et des négociations sur le climat. Les Danois et les Français ont travaillé sur les mêmes thèmes, tels que le traitement du changement climatique au cinéma, les jeunes et les négociations sur le climat ou encore le rôle des célébrités et leur impact dans la lutte contre le changement climatique. Ils ont ensuite pu comparer leur production. En mai, les Livryens ont rendu visite à leurs correspondants danois. Ce voyage a été l’occasion de réaliser une co-construction, c’est-à-dire la réalisation de productions par des équipes mixtes, composées d’élèves français et danois. Bien plus qu’une thématique commune et qu’un dialogue sur leur travail respectif, les élèves ont dû s’accorder pour travailler ensemble, discuter du contenu et de la forme. En croisant leur regard, ils ont pu prendre conscience des écarts de perception et des défis d’un travail collaboratif avec des personnes issues d’une autre culture.
Cette démarche a suscité un grand intérêt chez de nombreux participants. Des écoles de Taipei et de Vienne ont décidé de collaborer de cette manière dès l’an prochain, en suivant la méthodologie présentée. Des écoles de Turquie et d’Indonésie sont également à la recherche de partenaires.

Cette conférence s’est achevée sur une cérémonie de clôture riche en émotions. À l’heure des départs, le samedi matin, beaucoup de jeunes ne parvenaient pas à retenir leurs larmes. Qu’ils se rassurent, la prochaine conférence est déjà prévue dans l’Oregon ! Les participants pourront venir échanger cette fois sur les pratiques d’alimentation et d’agriculture durables, thème choisi pour cette 31ème conférence Caretakers for the Environment International. De très belles réflexions en perspectives.

Pour en savoir plus : consultez le site de la dernière conférence ou le site officiel de CEI.

 
Directrice de publication :
Jean-Max GIRAULT
Responsable éditorial :
Annabelle PAILLERY
Webmestre :
Annabelle Paillery
Hébergement :
Académie de Créteil