.::EDD Éducation au développement durable: :.

Observer les oiseaux en participant à un parcours de sciences participatives proposé par Vigie Nature Ecole

19 / 04 / 2020 | Manuella Van Praët | Groupe académique EDD - « Jardins de Créteil »

Participer à l’observatoire "Oiseaux des jardins" est un parcours de sciences participatives présenté par Vigie Nature Ecole. Ses enjeux sont multiples : apprendre à observer, à reconnaître les oiseaux de l’environnement proche, appréhender ainsi la biodiversité locale par l’exemple des oiseaux ; suivre et participer à une campagne d’études de la biodiversité ; quantifier et comparer la biodiversité spécifique par la collecte et l’utilisation de données scientifiques.
Une équipe de professeurs du collège Pierre Brossolette de Bondy a mis en place ce parcours de sciences participatives. Vincent Desjardin, professeur dans ce collège et membre du groupe académique "Les jardins de Créteil", partage l’expérience de son équipe.

Contexte

Au collège Pierre Brossolette de Bondy, il existe une classe à projet autour du développement durable depuis 6 ans. Depuis la rentrée 2018, ce projet se concentre sur la thématique de la biodiversité.
Pour la deuxième année consécutive, nous sommes inscrits au parcours de sciences participatives proposé par le Muséum National d’Histoire Naturelle ; « Vigie Nature École » qui propose 7 protocoles scientifiques (que vous trouverez au lien suivant : https://www.vigienature-ecole.fr ).

L’année dernière, nous avons découvert et expérimenté le protocole « Oiseaux des jardins » avec l’ensemble de la classe à projet. Cette année, nous continuons avec un groupe plus restreint de 6 élèves motivés au sein du club « Brosso-durable » du collège.

« Oiseaux des jardins est un observatoire co-fondé avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Son objectif est d’apprendre à reconnaître les oiseaux et les compter dans la cour d’école, dans un parc public ou même sur son balcon !
Tout en prenant plaisir à observer la nature, les participants s’investiront dans un programme de recherche visant à étudier les effets du climat, de l’urbanisation et des pratiques agricoles sur la diversité des oiseaux communs. En participant, les observateurs aideront directement les scientifiques à comprendre quand et pourquoi les oiseaux visitent les jardins. »

Participer à "Oiseaux des jardins" permet de travailler avec les élèves de nombreuses compétences (disciplinaires et transversales du socle de connaissances, de compétences et de culture) :

Compétences des programmes de SVT pouvant être travaillées :

  • Cycle 3 : Utiliser différents critères pour classer les êtres vivants.
  • Cycle 4 : Expliquer l’organisation du monde vivant, sa structure et son dynamisme à différentes échelles d’espace et de temps. Mettre en relation différents faits et établir des relations de causalité pour expliquer la biodiversité.
  • Seconde : Les échelles de la biodiversité.

Domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture pouvant être travaillés :

  • Domaine 2 : Les méthodes et les outils pour apprendre
    Coopération et réalisation de projets :
    Travailler en équipe, partager des tâches, s’engager dans un dialogue constructif. Apprendre à gérer un projet, qu’il soit individuel ou collectif. Planifier les tâches, en fixer les étapes et évaluer l’atteinte des objectifs.
    Médias, démarches de recherche et de traitement de l’information :
    Utiliser de façon réfléchie des outils de recherche, notamment sur Internet. Traiter les informations collectées, les organiser, les mémoriser sous des formats appropriés et les mettre en forme. Les mettre en relation pour construire ses connaissances.
  • Domaine 3 : La formation de la personne et du citoyen
    Responsabilité, sens de l’engagement et de l’initiative :
    Coopérer et faire preuve de responsabilité vis-à-vis d’autrui. Respecter les engagements pris envers lui-même et envers les autres. Comprendre l’importance de s’engager aux côtés des autres dans les différents aspects de la vie collective et de l’environnement. Prendre des initiatives, entreprendre et mettre en œuvre des projets, après avoir évalué les conséquences de son action ; préparer ainsi son orientation future et sa vie d’adulte.

Partage d’expérience

Au travers de notre courte expérience, la mise en place de ce protocole demande un investissement assez important pour être bénéfique aux élèves, intéressant pour les professeurs et utile aux scientifiques du MNHN. Elle doit s’envisager comme un projet, un fil rouge durant toute une année scolaire .

On peut définir plusieurs étapes dans ce projet :

1- La compréhension du protocole et de ses objectifs
Celle-ci demandera un temps d’explication et d’échange avec les élèves débutants. Il est nécessaire que les enseignants maîtrisent les différents outils, le protocole et qu’ils aient une certaine connaissance des différentes espèces d’oiseaux. Ceci permettra d’être clair et de présenter les objectifs scientifiques de l’observatoire pour donner du sens. Cette étape déterminera la motivation et le plaisir des élèves dans la démarche pour la suite de l’année.

2- L’entrainement à la reconnaissance des oiseaux
C’est le cœur des connaissances visées qu’il faudra aider à construire chez les élèves. Cet entrainement se fera selon plusieurs modalités, à des rythmes différents en fonction des élèves et tout au long de l’année.
Pour cet entrainement, il est important que les élèves soient aidés et stimulés. Donc plus les enseignants seront experts en reconnaissance des espèces d’oiseaux, plus cette étape sera plaisante et accessible pour les élèves.

Pour progresser rapidement, plusieurs outils sont mis à disposition par l’observatoire :

  • Quizz d’entrainement : Il s’agit de plusieurs tests de reconnaissance des oiseaux à partir de photos disponibles sur le site de Vigie-Nature-École. A plusieurs niveaux, ils permettent une première approche ludique des espèces et de la clé de détermination. Ce travail est à effectuer en groupe.
    Il est également possible d’approfondir la connaissance des oiseaux grâce aux ressources du site Vigie-Nature-École : morphologie, régime alimentaire, chants, cycles de vie…
  • La clé de détermination du protocole : C’est l’outil indispensable à s’approprier et à maîtriser. Plusieurs séances d’entrainement avec cette clé sont nécessaires avant de se lancer dans le protocole. Partir à la recherche des oiseaux au sein de l’établissement ou dans les parcs voisins, afin de les reconnaître, permettra des progrès assez rapides et une première idée des espèces d’oiseaux y vivant.
    Pour entretenir la motivation lors de ces sorties, il est préférable que chaque élève ait sa propre clé de détermination en main.
  • L’application “Bird labs” : Cette application proposée par le MNHN a le même objectif scientifique que le parcours « Oiseaux des jardins ». Elle permet de s’entraîner de façon ludique à la reconnaissance des espèces, à partir de tests photos avec une contrainte de temps qui rapproche des conditions réelles d’observation.
    On peut la porter à la connaissance des élèves afin qu’ils s’entraînent sur leur temps libre, et qu’ils progressent plus rapidement dans la reconnaissance des différentes espèces. L’outil est très facile d’accès et peut vite devenir addictif. Il permet de progresser rapidement si comme moi on débute dans le monde des oiseaux.
  • Le trombinature : Voici un autre site, proposant un grand nombre de ressources sur les différentes espèces, qui peut servir de base pour apprendre et progresser avec les élèves.

3- Le protocole
Une fois les élèves suffisamment « experts », il s’agit de mettre en place le protocole.
« L’observation doit se faire dans un espace défini, bien délimité, au sein duquel vous allez compter les oiseaux : une partie de la cour, une terrasse de l’établissement, un square ou une partie bien délimitée d’un grand parc public. »
L’observation en soi ne dure que 15 min, durant laquelle les élèves comptent le nombre maximal d’individus de chaque espèce posés (et non ceux qui survolent) et observés en même temps.
Tout l’intérêt de ce protocole réside, selon nous, dans la possibilité de le faire le plus régulièrement possible en variant les conditions : les espaces, les horaires, les saisons, la météo… afin de comprendre et de comparer les espèces d’oiseaux visibles, leurs comportements, leurs habitudes…
Pour réussir un protocole, nous pensons qu’il ne faut pas plus de 4 élèves observateurs, accompagnés d’un adulte. Plus d’élèves sur le lieu d’observation peut faire fuir les oiseaux et amène souvent trop d’émotions lorsqu’un oiseau approche durant des premiers protocoles.
Afin de faciliter la reconnaissance des oiseaux (se posant parfois loin et très furtivement), le protocole conseille l’utilisation, si possible, d’une paire de jumelles et d’un appareil photo par le groupe. Les photos peuvent permettre de vérifier dans un second temps, sans contrainte temporelle, les espèces sur la clé de détermination. Ces photos peuvent également être partagées avec les scientifiques.
Pour que chaque élève s’y retrouve, il est intéressant de faire évoluer les groupes durant l’année et de faire accompagner des élèves ayant plus de mal à reconnaître les espèces avec des élèves plus débrouillards. L’adulte guidera le groupe et l’observation en fonction de son expertise.
Il est également intéressant de rendre autonomes des petits groupes sur le protocole afin de multiplier le nombre d’observations.
Plus les élèves vont reconnaitre facilement les espèces, plus ils prendront plaisir et seront demandeurs pour d’autres protocoles. A contrario, des élèves moins motivés et en échec dans la reconnaissance des espèces, finiront par décrocher et gêner le déroulement des observations… Pour répondre à ce décrochage, l’application BirdLabs peut permettre à ces élèves de progresser et prendre du plaisir dans l’observation.
Cette année, nous avons fait le choix que ce soit seulement les élèves participant au club et motivés par l’observation qui multiplient les protocoles en quasi autonomie. Pour nous et à ce jour, c’est beaucoup plus simple que « d’imposer » le protocole à toute une classe comme l’année dernière.

4- Le partage et l’envoi des données
Cette étape qui vient ensuite, reste très importante pour donner du sens au protocole et aux observations des élèves. L’enseignant décrit auparavant aux scientifiques le milieu dans lequel est effectuée l’observation des oiseaux par les élèves.
Ensuite, pour chaque protocole réalisé, il est nécessaire de rentrer les données sur le site de Vigie-Nature-École afin de partager les données avec les scientifiques du MNHN.
Cette étape assez simple peut être effectuée directement par les élèves à qui l’enseignant génère des codes d’accès groupe/classe.
Le plus simple reste de rentrer les données dans la foulée des observations. L’outil informatique est simple d’utilisation et les élèves le maîtrisent rapidement. Avec de l’expérience, cette étape ne prend pas plus de 10 minutes.

5- L’utilisation pédagogique des données
L’un des avantages de ces protocoles est qu’il est possible d’accéder à plusieurs données proposées par le MNHN, afin de les étudier, de les comparer avec ses observations locales et de s’en servir de support de travail (études statistiques, graphiques, réflexion et comparaison sur les saisons, les périodes, les conditions météorologiques, …)
Nous pouvons alors imaginer une réutilisation transversale dans de nombreuses disciplines…

Conclusion

Le protocole Oiseaux des Jardins offre ainsi un grand nombre de connaissances et de compétences à développer au travers de différentes activités tout au long de l’année pour un club ou une classe. Il demandera un certain investissement de la part des enseignants mais sera rapidement source de découverte et de plaisir ! Un bon moyen de faire levez la tête à ses élèves !